Un pas vers…DES FEMMES INSPIRANTES

Inspirations littéraires

Septembre 1998

Comme je vous disais dans mon premier article (ici), je suis une fanatique de lecture. Il est donc tout à fait normal que plusieurs de mes « rencontres inspirantes » soient des auteurs, des personnages provenant du monde littéraire. Mon premier « crush » pour un auteur fut une femme. Avant même de connaître son parcours personnel, je suis tout de suite tombée en amour avec son écriture. Comment une personne pouvait-elle s’imaginer tout ce monde à elle seule? Cette femme ne savait certainement pas, au moment de rédiger ses premiers mots, qu’elle serait connue de tous quelques années plus tard. Je parle évidemment de la célèbre auteure anglaise, J.K. Rowling.

 » 10 points pour Griffondor!!! »

Pourquoi J.K. Rowling m’inspire-t-elle? Les astres étaient probablement alignés favorablement pour qu’ Harry Potter entre dans ma vie exactement au moment où j’en avais le plus besoin – un peu comme l’épée de Griffondor, à bien y penser… Vous souvenez-vous où vous étiez en septembre 1998? Inutile que certains d’entre vous me rappellent qu’ils n’étaient pas nés, je sais que je vieillis… Pour ma part, je me rappelle exactement où j’étais à ce moment. Je faisais ma rentrée à l’école secondaire privée de ma région. Ma vie d’adolescente était chaotique (passation primaire\secondaire, changer d’école sans mes amis, séparation de mes parents, taux d’hormones frôlant le seuil critique…). Pas plus désastreuse que les autres jeunes de mon âge, mais, dans ma réalité, c’était ce qui se rapprochait le plus de la fin du monde. Littéralement.

Je me souviens encore de mon enseignante de français à cette époque. Madame Fleury. Elle était d’une douceur et d’une intelligence hors du commun. Je l’ai aimé tout de suite. Elle aurait bien pu me demander de porter ses affaires jusqu’au sixième étage pendant un an et j’aurais dit oui. J’exagère à peine…. et mes cours étaient bien au sixième étage. Bref, tout cela pour en venir à J.K. Rowling et à son ami Harry Potter. Ce fut ma lecture obligatoire pour l’année. Je n’avais jamais entendu parlé de cette auteure avant ce jour de septembre 1998. Dès les premières pages, je me suis retrouvée dans le personnage du jeune sorcier. Sa solitude me rappelait la mienne. Comme Harry, je me suis reconstruite une nouvelle famille à Poudlard\Académie Antoine-Manseau: ma maman, mes nouveaux amis, ma soeur et mon frère. Comme Harry , je fut catapultée dans un univers tellement loin du mien que je me réjouissais de vivre dans un nouveau monde où tout semblait merveilleux, magique.

Alors, pour mes amis qui ne comprennent pas encore pourquoi j’aime tant la saga d’Harry Potter, vous savez maintenant.

Merci J.K. Rowling! 

 » On peut trouver le bonheur même dans les situations les plus sombres, il suffit de se souvenir, d’allumer la lumière…  » 

– Albus Dumbledore

colorful books on shelf
Photo by Kaboompics .com on Pexels.com

 

Novembre 2015

Ma prochaine inspiration est en partie à l’origine d’un de mes précédents articles (ici). Provenant d’un milieu modeste et de famille d’agriculteur, je crois que j’ai toujours eu la conscience des produits de la Terre, de l’alimentation biologique, de la production de produits maison… Mais comme tout jeune adulte, j’ai mis mon énergie au profit de mon travail et de mes amis. J’ai perdu un peu de vue ces belles valeurs qui m’avaient été inculquées plus jeune.

Un beau matin, alors que j’écoutais le journal télévisé un matin tout à fait ordinaire, j’ai entendu une bribe de conversation avec une femme particulière. Les quelques phrases que j’ai entendu ce matin-là parlaient d’empreinte écologique, de réduction des dépenses d’une famille et du zéro déchet. Trop pressée pour écouter le reste de l’entrevue, j’ai griffonné rapidement son nom sur un papier. À ma visite suivante à la bibliothèque minicipale, j’ai emprunté le livre sur le zéro déchet de Béa Johnson.

Pourquoi Béa m’inspire-t-elle? À part qu’elle doit faire vivre à elle seule la franchise des pots Mason ? Blague à part, Béa est une source d’inspiration pour moi, car elle est un modèle de détermination. Elle est la papesse du mouvement zéro déchet à l’échelle mondiale. Pas mal pour une seule personne! Très consciente du problème de la pollution mondiale, je cherchais une façon de faire la différence à titre personnel. Béa propose de superbes alternatives écologiques à une multitude de trucs que l’on consomme sans vraiment y réfléchir. Sans dire que j’étais une consommatrice abusive et impulsive, je me suis déjà jetée sur des produits seulement parce qu’ils étaient en solde. En mettant les cinq principes en pratique – refuser, réduire, réutiliser, recycler, composter – , c’est fou le nombre de « machins-trucs » qui ont disparus de mon foyer. En consommant mieux, j’ai réussi également à avoir une alimentation meilleure pour ma santé et, indirectement, meilleure pour mon poids. De plus, moins consommer, nous permet de garder du budget pour ce qui est vraiment important! Rien que du positif bref!

Merci Béa de m’avoir redonner le goût aux produits locaux et de saison! 

Zero Waste Home, page officielle de Béa| Facebook | Instagram 

Pour le livre de Béa Johnson, demandez à votre bibliothécaire ou votre libraire! Son livre est disponible un peu partout DANS LE MONDE!! De plus, Béa donne des conférences un peu partout dans le monde afin de faire connaître le zéro déchet. Suivez ses différents comptes pour connaître les endroits et les dates! 

aroma aromatic assortment bottles
Photo by Pixabay on Pexels.com

 

Inspirations sur le net

Ma belle hippie

J’essaie de me rappeler comment je suis tombée sur son travail. Je ne pourrais pas vous dire exactement. Probablement en regardant des vidéos sur Youtube à propos du minimalisme… Le premier vidéo que j’ai regardé sur sa chaîne parlait de l’aménagement minimalisme de sa cuisine. Elle était si rayonnante, simple et inspirante que j’ai eu envie de découvrir son monde. J’avais envie qu’elle me partage un peu de sa recette magique du bonheur. Il avait l’air si contagieux ce sourire.

Et moi qui pensait suivre une « youtubeuse » française… Et bien, non! Encore mieux, une compatriote québécoise exilée en France! Cette artiste du web, c’est Josée-Anne Sarrazin-Côté!

Pourquoi Josée-Anne m’inspire-t-elle? Il y a plusieurs raisons, mais ce fut certainement qu’à travers son partage, j’ai appris le « slowliving« , s’arrêter et prendre le temps pour soi (pour en apprendre davantage sur le mouvement, je vous invite à lire l’article de Patience, Fruits et compagnie biologiques ici). Dans ses voyages, son travail d’entrepreneure, son quotidien, elle a su ralentir pour apprécier davantage ce qui nous entoure. De plus, son mari Stan et elle font un merveilleux travail photographique. Juste pour ça, ça mérite de prendre quelques minutes pour découvrir leur monde. Josée-Anne, c’est aussi un peu d’ésotérisme et d’énergie positive. Elle nous amène dans son quotidien, nous partage des façons de mieux vivre au naturel. Visionner ses vidéos et lire son blog, c’est un réel temps de détente et de ressourcement.

Si vous êtes intéressés par le minimalisme, les voyages, les remèdes naturels, l’ésotérisme, la méditation, la photographie, le surf (vous verrez pourquoi!), la valorisation du pouvoir féminin, la parentalité, le « slowliving », vous DEVEZ vous abonner à leur page web! Allez-y, je vous attends pour continuer!

Merci pour tout Josée-Anne, ma soeur cosmique! 

Josée-Anne SC | Chaîne Youtube de Josée-Anne SC | Compte Instagram de Josée-Anne

Josée-Anne donne aussi des conférences et anime des retraites un peu partout dans le monde. Suivez sa page ,Josée-Anne SC, pour connaître les dates et les endroits! Vous ne serez pas déçus! 

27892837_331115520711199_6886186108661530624_n25036179_305836993243692_6951839408244916224_n

© photos: Josée-Anne Sarrazin-Côté et Stanislas Fleury

Un duo de dragonnes

Maintenant que vous êtes abonnés à tous les médias sociaux des femmes inspirantes que je vous ai présentées, on peut continuer.

Dans mon processus de réduction des déchets (lire mon article sur le zéro déchet ici), j’ai cherché des façons alternatives aux fameux sacs de plastiques. Et j’ai découvert leur page… Je vous parle de Laurie Barrette et Stéphanie Mandréa de la compagnie Dans le sac! Tout d’abord amies à l’école secondaire, elles ont lancé une entreprise ensemble alors qu’elles n’étaient pas du tout orientées sur cette voie. Leur amitié, on y croit!

Pourquoi Laurie et Stéphanie m’inspirent? Dans les débuts de mon processus de devenir de plus en plus verte, je trouvais difficile de maintenir ma motivation. Mes amis et ma famille ne partageaient pas nécessairement ma vision de la consommation. J’avais parfois l’impression d’être une marginale au sein de mon cercle social. J’ai même pensé à continuer ma vie d’avant, celle où je ne regardais pas trop mon empreinte écologique et où je gaspillais sans même m’en rendre compte. Les filles de Dans le sac m’ont permis de garder le cap dans mes nouvelles habitudes de vie. En plus de pouvoir me procurer des produits québécois qui me permet de maintenir mes bons choix écologiques (sacs pour le vrac, sac à pain, balle de séchage…), leurs vidéos m’ont fait découvrir les cosmétiques maison et biologiques. Je ne suis pas une grande consommatrice de produits beauté, mais, comme toutes les femmes, j’ai 2-3 crèmes dans l’armoire. Je CAPOTE sur les capsules vidéos de Laurie et Stéphanie qui nous accompagnent dans la fabrication de  nos cosmétiques maison. En plus, les filles sont super comiques!

Suivez les filles dans leurs folles aventures… vous n’aurez jamais eu d’aussi bons conseils que ceux de Stéphanie et Laurie pour ceux et celles qui désirent prendre soin d’elles naturellement et faire la différence dans la guerre au plastique.

Merci les filles, vous avez rallumé ma flamme! 

Dans le sac | Page Facebook | Instagram Dans le sac

Ce diaporama nécessite JavaScript.

© photos: Instagram Dans le sac

La future yogi

J’en ai peu parlé jusqu’à maintenant, mais j’adore le yoga. J’ai beaucoup pratiqué durant mes années de collège et ait continuité selon mes besoins par la suite. J’ai découvert cette youtubeuse un peu part hasard, car je cherchais des nouvelles routines sur le sujet. Et vous savez, Youtube vous propose toujours des vidéos dans la barre de droite… pas toujours en lien avec ce que l’on regarde soit-dit en passant! C’est donc par le plus grand des hasards que j’ai découvert les MARGAUXTIPS.

Pourquoi Margaux m’inspire-t-elle? Tout d’abord, c’est une fan inconditionnelle de la saga d’Harry Potter. Et là, si tu ne fais pas le lien, relis le début de cet article!! Autre nos communs goûts littéraires, Margaux parle de plein, plein de sujets vraiment intéressants! En plus de partager son amour du yoga (spoiler: elle termine présentement une formation à l’école de yoga!), elle aborde le végétarisme, les bonnes habitudes de vie, les routines du sommeil, des recettes, des façons de décorer naturellement et simplement… Bref, Margaux, c’est la synthèse de toutes ces belles personnes que je viens de vous présenter! En plus, elle voyage avec son copain William et nous partage des images de leur découvertes à travers le monde. Et franchement, Margaux, elle est trop délirante! Vous avez besoin d’un petit hop de motivation pour vos études, commencer un bullet journal ,vous remettre en forme, pour relaxer? Vous trouverez chaussure à votre pied! J’aime bien suivre ses photos et ses stories sur Instagram, mais les vidéos Youtube vous plairont davantage, j’en suis certaine!

Namasté Margaux de m’avoir reconnectée avec mon amour pour le yoga et avoir ouvert la porte au végétarisme! 

Les astuces de Margaux  | Instagram 

© crédit photo: Instagram Les astuces de Margaux

 

Ma première rencontre

Ma première rencontre avec une femme inspirante fut brutale. On s’attendait pas à se voir cette journée-là. J’étais un peu en retard… Heureusement, elle n’était pas offusquée de mon manque flagrant de galanterie. Fiou! Lorsqu’on reparle encore de cette fameuse rencontre, elle me dit que lorsqu’elle m’a vu, elle savait tout de suite de c’était moi… il faut croire que je ressemblais à une personne qu’elle connaissait. Elle ne le sait peut-être pas, mais elle a beaucoup influencé mon travail, mes relations amoureuses, mes réflexions. C’est fou ce qu’une rencontre peut changer dans notre vie.

Cette femme-là, c’est ma maman, France.

C’était impossible de parler des femmes inspirantes qui ont croisées mon chemin sans vous parler d’elle. À ce moment-ci, elle ne sait même pas que je vous parle d’elle. Comme on dit, en bon Québécois, « ça se peut qu’elle soit en beau maudit!!! » Heureusement, j’ai hérité de son courage… ha!ha!ha!

Pourquoi ma mère est une source d’inspiration? À part que c’est ma mère vous voulez dire? Ma mère a élevé, pratiquement seule, trois enfants adorables, mais qui demandaient de temps à autre d’être ramenés sur Terre (bon, maintenant, il se peut que  mon frère et ma soeur soient être en « beau maudit »!). De nos jours, c’est une situation tout à fait commune, quoi que financièrement et psychologiquement très demandant. Mais, il y a vingt ans, dans les petits villages perdus du fond de la région de Lanaudière, c’était un peu moins courant les mamans monoparentales. Premier coup de maître de ma mère… Elle nous a montré, qu’avec beaucoup de persévérance et d’amour, tout peut arriver.

Alors qu’elle était déjà mère de trois moussaillons, ma mère a décidé de retourner aux études…… au Cégep….. en soins infirmiers. Tsé le cours où même à 18 ans, sans enfants et sans job à temps partiel, tu pleures aux deux semaines que tu es fatiguée, que tu as trop de travaux, que les stages sont trop stressants…. et bien, ma mère n’a pas eu froid aux yeux. Elle a aussi bien, sinon mieux, réussit que les petites jeunes de sa cohorte. Elle est infirmière maintenant et fait du sacré bon boulot. Je ne souhaite pas à personne d’être malade, mais je vous souhaite d’être soigné par elle. Vous aurez les fesses propres et le cœur heureux.

Ma maman, c’est aussi une femme tellement intelligente, généreuse, dévouée que je suis émue à chaque fois que je pense que je suis la plus chanceuse des filles d’avoir un si beau modèle de force féminine comme parent. J’espère un jour avoir son courage et sa détermination que je pourrai transmettre à mes enfants.

Merci pour tout maman, je t’aime!

scenic view of forest from car
Photo by Stephan Seeber on Pexels.com

 

 

Et vous, quelles sont vos inspirations au quotidien? Partagez en commentaires ces personnes qui ont changé, un peu ou beaucoup, vos vies…

 

Un pas vers…LE MONDE DU BLOGUE

Il était une fois, une petite fille qui aimait écrire!

Si vous rencontrez ma mère, elle vous dira que j’écrivais avant même de savoir lire (ah les mères! Elles n’en mettent surtout pas trop!). Le fait est qu’elle a certainement raison sur un point: j’ai toujours aimé écrire! Je suis par défaut également une très grande consommatrice de lecture: romans, essais, poésie, périodiques. Et comme nous sommes en 2018, tout se passe autour des réseaux sociaux et d’internet. Donc, la suite logique, vous l’avez deviné, est le blogue!

child-865116_1280

Lire plus

Publicités

Un pas vers…ZÉRO DÉCHET

 

Revenir aux sources

J’ai grandi comme la plupart d’entre vous. Sans prétention, je peux avouer que j’ai eu beaucoup de chance d’avoir un si bonne famille qui m’a appris l’importance du travail, des études, de l’entraide. Je n’ai vraiment manqué de rien. Mes parents étaient loin d’être des granos ou des hippies, mais on a toujours fait attention au recyclage, au gaspillage alimentaire. Enfants, on avait même un beau grand jardin plein de légumes et de fruits.

Mais, alors que je suis devenue adulte et que j’ai redéfini mes valeurs, j’ai commencé à m’intéresser à ma consommation. Mon conjoint et moi sommes des pratiquants du decluttering (désencombrement, mais c’est plus cool dit en anglais!). On aime le style épuré, on préfère acheter des choses qui durent longtemps, on répare ce qui est brisé au lieu de jeter, on réutilise tant que possible… et c’est aussi notre philosophie de relation amoureuse.

En observant, notre mode de vie, je me suis rendue compte qu’on jetait beaucoup, même si on recycle, qu’on composte, qu’on réutilise… nos poubelles étaient toujours pleines. Je répétais souvent à mon amoureux qu’il fallait sortir les poubelles.

Mais qu’y a-t-il donc dans nos poubelles?

pexels-photo-128421.jpeg

L’origine du changement

L’examen de nos poubelles ne fut pas très long. Le diagnostic est tombé: emballage alimentaire. Plus de 75% de nos déchets sont en fait des emballages de viandes, de la pellicule plastique, des contenants en mousse, du papier absorbant (le fameux essuie-tout)… J’ai donc fait des recherches afin de « guérir » notre poubelle et c’est à ce moment que j’ai fait la rencontre de Béa Jonhson. Cette papesse du zero waste a réellement ouvert le monde sur la réduction des déchets . En lisant son blog, cela semblait vraiment facile. En suivant les cinq principes (Refuser, réduire, réutiliser, recycler, composter) , il semble que l’on réussisse à réduire considérablement notre consommation et, directement, on fait des économies substantielles. Il n’en fallait pas plus pour me convaincre.

Où commencer?

Bon, une fois que l’on entreprend un changement drastique, il faut bien faire le premier pas (attention spoiler, c’est ici le lien avec mon blog! haha!). Je me suis attaquée au premier problème écologique que j’avais identifié: les emballages. Comment consommer sans avoir d’emballage? Et avant d’aller plus loin, mettons les choses au clair. J’habite en région, je travaille à temps plein et mon conjoint aussi. Donc, nous achetons encore des articles emballés, parfois mêmes suremballés. Nous avons tous nos mardis soirs un peu pressés. Faisons l’analogie avec une remise en forme. Même si vous êtes inscrits dans une salle d’entraînement, que vous mangez toutes vos portions de fruits et légumes quotidiennes, il se peut que vous mangiez une tablette de chocolat ou que vous alliez au restaurant le samedi soir. Vous voyez où je veux en venir? Mise au point faite, nous pouvons continuer!

Mon premier pas a été de visiter une épicerie biologique zéro déchet. Si vous m’aviez vu… J’étais tellement stressée d’y aller que j’ai même rebroussé chemin la première fois. Bizarrement, alors que je désirais ardemment faire un virage vert dans ma vie, je me suis rendue compte qu’inconsciemment, j’avais un préjugé. Je me disais que seuls les vrais pouvaient y aller. Les vrais quoi? Encore aujourd’hui, je ne pourrais pas vous dire, mais ce qui est certain, c’est que je ne croyais pas faire partie de ceux qui fréquentent ce genre d’endroit. Heureusement pour moi, une fois mon angoisse de passer pour un imposteur dissoute, j’ai fait la rencontre de Marie! Une femme aimable qui m’a laissé explorer sa charmante boutique (c’était évident que je me cherchais!) et qui a gentiment répondu à mes multiples interrogations sur les produits que je découvrais pour la première fois. Et chose la plus amusante, je n’avais pas emmener de contenant vide! Je vous explique: dans une boutique zéro déchet, il n’y a pas d’emballage! C’est merveilleux, mais difficile de ramener de la farine de sarrasin dans le fond de notre sacoche! Heureusement, Marie pense à tout et offre des pots vides et des sacs pour le vrac à un prix dérisoire (je me console en me disant qu’elle ne les a pas mis là juste pour moi. Je ne dois pas être la seule à ne pas emmener mes contenants!) La glace a été brisée, j’y suis retournée à quelques reprises et, maintenant, je suis une adepte des 3 Fougères!

3 fougères

Et ensuite?

Les petits changements s’opèrent dans notre quotidien afin d’être plus écologiques, sans toutefois tomber dans le zèle. On cuisine un peu plus que d’habitude, on fait un petit jardin dans notre cour arrière, on achète seulement quand on a besoin, on essaie de choisir des produits locaux lorsqu’ils sont disponibles… L’important, c’est de prendre conscience de ce que l’on fait pour l’environnement sans être névrosé à l’idée de jeter un contenant de plastique. C’est évident qu’on peut regarder les vidéos choquantes de Greenpeace en boucle et se dire que le sort des bébés phoques est monstrueux. Pour ma part, je préfère demeurer critique face à tout cela. Sans me mettre la tête dans le sable en feignant que la planète s’en sort très bien, je crois que notre contribution peut se faire à petite échelle et à petits pas. Un pas à la fois

pexels-photo-214574.jpeg

Quel sera votre premier pas?

 

Un pas à la fois

Parce que notre vie est remplie de « premiers pas », je me suis dit qu’il fallait absolument que j’écrive à ce propos. En effet, il nous arrive à tous d’être confrontés à des barrières, que l’on s’imposent la majorité du temps, et qui nous font reculer.

On n’ose pas. On a peur de ne pas réussir, d’avoir l’air niaiseux, de ne pas être capable. Ces erreurs de pensées sont présentes avant même la première tentative. Preuve que notre cerveau, notre estime de soi et nos expériences sont parfois toxiques pour nous.

Adolescente et jeune adulte, j’ai mis un frein à plusieurs expériences, nouvelles connaissances, rencontres et j’en passe… Pourquoi? D’une part, parce que j’avais peur, mais également parce que par moment, je ne me croyais pas capable de faire la même chose que les autres. Et pourtant…

Un pas à la fois, c’est ma façon de mettre à profits mes compétences d’intervenante psychosociale, mes expériences personnelles et ma passion pour l’écriture au nom de ceux et celles qui ont le goût de mettre un pied devant l’autre pour une fois et de se dépasser. Comme le dit le dicton:  » Seul, on va vite, mais, ensemble, on va loin! »

Ne manquez pas mes publications Facebook ici.

pexels-photo-959430.jpeg

%d blogueurs aiment cette page :